Seconde réflexion

Bon, me voilà qui regrette déjà mon dernier post.

Ben, regrette pas tant, genre que je l’effacerai pas, mais ma séance d’hypnose de ce soir me permet d’y voir plus clair…

J’ai toujours eu l’impression que j’avais pas le droit d’être heureuse, d’être bien avec moi-même…Je vous épargne toutes les shits que j’ai intégrés dans l’enfance et les patterns de ma famille dysfonctionnelle, mais j’ai vieilli avec une impression que je devais demander la permission pour être heureuse. Résultat: À chaque fois que c’est arrivé, j’ai eu l’impression d’avoir autour de moi des gens que leur but ultime était de péter ça… Comme si j’étais assez importante dans la vie pour qu’un tas de mon entourage ait la mission ultime de me saboter le smile. Come on, fille.

Beau mélange d’un délire paranoïaque et manigances de mon égo. Parce que oui, c’est fort l’égo et ça te fait croire plein de bullshits pour te saper la bonne humeur…lisez ce livre là pour en savoir plus, vous serez flabberglasté. Sans joke. 

Donc oui, je pense qu’il y a beaucoup de vrai dans le discours de ma psy, mais aussi, je pense que mon égo me joue des tours et amplifie mes perceptions négatives.

Donc au lieu de me réjouir et juste être heureuse avec mon mieux être, je focuse sur ce qui cherche à me foutre à terre et donc, je brasse du négatif. Welcome back in the game! À chaque fois que j’ai tenté de me prendre en charge dans ma vie, ça a toujours été ça. Faque l’égo qui te crie: « Hey!? Qu’est-ce que tu comprends pas dans « Tu mérites pas d’être bien »? Tu vois ben que tu peux pas, tout le monde autour essaie de te le saboter!? Reviens dans tes vieux patterns d’autodestruction, les autres ne te verront plus comme une menace qui fait chier avec son bonheur pis tu verras plus les relations sociales comme un mal ultime…c’est pas humain ce que tu t’imposes de te protéger et t’isoler de même. »

Yep, pis je finis toujours par l’écouter. C’est de l’égocentrisme dans le fond; qu’est-ce que les autres en ont à foutre que je sois heureuse ou pas dans le fond? En quoi ça brime leur vie? Pis si vraiment ça brimerait quelque chose chez eux, ça ne m’appartient juste pas.

Criss que c’est délivrant de juste réaliser tout ça…

Mais je suis salement pas sortie du bois…

 

Publicités

La part des choses

Ces temps ci, j’écris pu gros.

En fait, c’est pas tant que je poursuis pas mon virage santé, au contraire, c’est juste le moral que je sens moins là, particulièrement au niveau des relations sociales.

Les interactions sociales me blessent et m’agressent. Elles m’intéressent zéro en ce moment. J’ai l’impression de devoir faire du ménage dans tout ça.

Je sais pas pourquoi, mais autant que je médite, que je fais du yoga, que je focuse beaucoup sur mon mental et l’amélioration générale de mes pensées et de la gestion de mes émotions, autant je sens de la mauvaise foi partout. On dirait que les mesquineries ou commentaires blessants que j’ignorais avant me touchent vivement, m’atteignent x1000. Je vois une attaque dans tout (ou presque): un commentaire sur Facebook, une réplique de tweet, une boutade sarcastique lancée par un collègue…Je vois même des attaques dans l’ignorance de certains que je n’arrive pas à comprendre (ex: texter quelqu’un pour l’encourager et n’avoir même pas un merci en guise de réponse)

Je lis sur le bouddhisme, j’apprends qu’on doit envoyer de l’amour aux gens qui nous blessent pour se sortir de la souffrance. L’autre jour, alors que j’expliquais le tout à ma psychologue, j’ai été plus que déçue de sa réponse…

Je m’attendais à ce qu’elle intervienne sur mes perceptions erronées, qu’elle me dise qu’il me restait du travail à faire, qu’elle me donne des pistes de réflexion, non. Elle m’a plutôt dit (et c’est ici que les cartésiens parmi vous aller décrocher du récit) que ma pratique assidue de méditation est en train de « m’éveiller » et que maintenant, je perçois mieux les gens, leurs intentions. J’aurais atteint une forme de vision pour « sizer » les gens et faire une différence marquée entre une simple taquinerie comique et une autre teintée de mauvaise foi même si en apparence, ça semble être de l’humour.

J’y croyais pas trop au départ, je ne pouvais pas croire que toute la mauvaise foi que je voyais était bien réelle alors je lui ai raconté quelques unes des anecdotes me disant qu’une fois qu’elle aurait le contexte, elle ferait: « Ahhhhh ben là! Tu exagères, c’était pour rire, ça! ». Nope. Elle m’a plutôt confirmé que ces exemples reflétaient bien des manques de respect, des tentatives d’humiliation et des envies claires de blesser. Ayoye. Ça fait combien d’années que je subis toutes ces merdes?

« Pourquoi que je suis pas capable laisser ça passer sans réagir et juste leur envoyer de l’amour pour les pardonner et sortir de la souffrance? » que j’ai demandé. Elle m’a répondu la phrase que je vais me rappeler longtemps:

« Tu veux être marathonienne alors que tu viens d’apprendre à marcher »

C’est tellement ça. Je suis là à me déprécier, à me flageller parce que je me laisse atteindre par les merdes qu’on m’envoie, mais j’ai pas encore toute la force, la pratique et la sagesse de faire autrement…je dois continuer à m’améliorer.

Mais c’est quoi? Je suis condamnée à voir encore plus les attaques intentionnelles lancées par les autres et dealer avec?

« Non, tu dois rencontrer des gens…de gens ouverts, comme toi, à cette façon de vivre, à la spiritualité, l’amour, le mieux être. Tu peux pas être totalement bien et toute là si tu as l’impression d’être la seule personne que tu connais à être là dedans. »

J’ai tellement de chemin à faire encore…du ménage. Le plus dur est de faire la part des choses: Est-ce que j’adhère à la vision de ma psy qui encourage mon mieux être, la poursuite de mon « éveil » ou je reviens dans un monde risqué et, comme avant, j’apprends à me détacher des commentaires blessants? Pourquoi ai-je tant de difficultés à voir le bon fond et bonnes intentions chez les personnes qui ne sont pas, de près ou de loin, ouverts à s’engager dans une démarche semblable à la mienne?

C’est un cadeau empoisonné cet éveil?

Les victoires invisibles

Quand on fait une diète, notre satisfaction est toujours de voir les chiffres tomber sur la balance.

Je ne fais pas de régime, mais cette semaine, lorsque j’ai constaté que j’avais perdu 4 livres  sans faire attention à mes portions et en mangeant (bio) selon mes envies, j’étais très satisfaite, j’ai trouvé que c’était chouette dans arriver là alors qu’on avait lâché prise là dessus.

Mais jamais les livres qui s’envolent ne pourront me satisfaire autant qu’aujourd’hui…

Je m’explique.

J’ai dû passer un test qui s’appelle le MAPA cette semaine. Ça consiste à porter sur soi un appareil mesurant la tension artérielle durant 24hres et ainsi, déterminer si nous avons un problème à ce niveau. Je n’ai pas toujours eu une bonne tension à cause de toutes sortes de négligence côté santé et ce test m’inquiétait un peu; j’avais pas trop envie d’avoir une médication pour ça à mon jeune âge.

Aujourd’hui, en allant porter la machine, la technicienne m’a imprimée une feuille de résultats qu’elle va également remettre à mon médecin qui a prescrit ce test. Elle m’a dit que mes résultats étaient tout à fait normaux. SOULAGEMENT!!

Ok, je sais que pour vous c’est peut-être hyper banal, mais j’ai tellement négligé ma santé et je sais que ma tension en a écopé dans les dernières années et de voir que c’était revenu à la normale, je me sentais comme une ancienne obèse à qui on aurait dit: « Ça va, c’est réglé. Tu as atteint ton poids santé, tu es en parfaite santé. »

Je revenais dans l’autobus, un sourire épais dessiné sur ma tronche et l’oeil humide et j’ai compris quelque chose d’important…

Une victoire sur nous, sur notre santé, que ce soit une importante perte de poids, un rétablissement d’un problème de santé, la guérison d’une dépendance, etc., toutes ces réussites ne donnent aucune médaille et ne donne accès à aucun podium ou se faire acclamer. Pourtant, ce sont les plus importantes victoires de nos vies. Certaines de ces réussites ont exigé de nous d’innombrables efforts physiques et psychologiques, peut-être même certains défis ou conflits avec l’entourage. Elles exigent d’aller puiser à l’intérieur de nous, dans nos richesses profondes, mais surtout, il faut d’abord y croire qu’elles existent ces richesses en nous. C’est un long processus d’y arriver.

Ok, ok, j’ai pas réinventé la roue, ni trouvé une cure pour le cancer, mais mon rétablissement, aussi minime qu’il puisse être pour plusieurs, est l’équivalent de 3 Oscars et d’autant de médailles d’or pour moi. Enfin, j’ai cru que je pouvais et que je méritais de prendre soin de moi et j’y arrive, pas à pas, grâce aux efforts que j’y mets.

En marchant, sur le retour à la maison, je me suis imaginée, un peu ironiquement, des trompettes et confettis qui célébraient ma victoire sur mon chemin.

Victoire anonyme et banale pour la majorité parce que c’est ça une victoire sur nous: c’est la plus grande et la plus silencieuse.

Quand on y pense, ça fait beaucoup de victoires aux confettis invisibles à l’échelle de la ville dans une journée.

🙂

La panique des restos

Ouain.

Moi qui a toujours adoooooooré manger au resto, je dois dire que ça devient plus complexe dans un virage vegan.

Surtout que le chum, principal accompagnateur au restaurant, n’est pas du tout dans le même virage que moi. Amateur de viande, il est plutôt du genre à se foutre pas mal de ce qu’il a dans son assiette, tant qu’il aime ça. Généralement, c’est pas les légumes ni le soja et encore moins les légumineuses qui constituent son repas favori (il est difficile, mais ne l’avouera jamais!).

Donc à chaque fois qu’on est à l’extérieur et qu’il me demande: « As tu faim, toi? », le système d’alarme sonne.

L’autre jour, je l’ai accompagné au St-Hub; c’était la panique de trouver de quoi de potable et vegan dans le menu, mais j’ai trouvé…au bout de longues minutes et de soupirs de la serveuse.

Comme je l’ai déjà dit, je veux pas devenir freak avec mon virage santé. Mes amis, ma famille et mon homme ne sont pas là dedans et ils n’ont pas à écoper de mes nouvelles exigences. Donc, c’est à moi de m’adapter et surtout, de lâcher prise…C’est pas parce que je mange une soupe avec du bouillon de poulet que je vais mourir là. Pis des soupers fondue, il va y en ravoir.

Avant, quand je faisais des diètes, j’appréhendais x1000 les soupers prévus entre amis et famille. Chez moi, j’ai un parfait contrôle, à l’extérieur, moins et ça, j’aime moins.

Pire, j’ai tendance à retomber dans les deux pieds dans mes vieilles mauvaises habitudes après un souper « tricherie ».

C’est donc tout un défi pour moi de prévoir un repas et de pas vivre plein de culpabilité ensuite si je ne respecte pas mon régime.

Maintenant, il n’est plus question de diète, mais de restriction alimentaire volontaire.

Deux brunchs et un souper prévus ce week end… Ouf!

Par contre, je me rends compte qu’avec un peu d’efforts et de demandes au serveur, il y a toujours possibilité de trouver un repas à notre goût qui respecte nos restrictions.

Allez hop, déguedine la panique! 🙂

Quand l’hypnothérapie vient à notre secours

Après le petit boost de négativité hier, j’avais plus que hâte à ma séance d’hypnothérapie de ce soir.

Mon amie (et meilleure future hypnothérapeute…je vous l’avais dit? 🙂 ) m’a fait une séance incroyable et je tiens à partager les conseils qu’elle m’a prodigué et la visualisation qu’elle m’a fait faire.

J’étais inquiète parce que je me rendais compte que les changements positifs que j’avais intégré me demandaient beaucoup de temps et d’énergie et que ça générait du stress chez moi. Pour rien au monde je ne veux laisser tomber ce nouveau mode de vie, sauf que lorsque ça devient trop anxiogène, j’abandonne. Il fallait alors que ma séance de ce soir m’aide au max.

D’abord, moi et Audrée avons décortiqué ensemble en quoi consiste ma routine du soir, les tâches à faire. Elle m’a ensuite conseillé de la mettre par écrit pour l’intégrer totalement. Finalement, elle m’a suggéré de prendre, dans ma routine, des éléments qui allaient pouvoir constituer en une routine pré-dodo préparatrice au bon sommeil. Je m’explique: Au lieu de prendre ma douche en panique après le souper, la prendre 30 minutes avant de me coucher et ainsi, envoyer à mon cerveau un signal que lorsque je prends ma douche, je me couche 30 minutes plus tard. Par habitude, ça crée cette connection dans le cerveau et ainsi, ça prépare le corps au sommeil avant même qu’il soit au lit. Bonne idée, non?

Finalement, durant l’hypnose, elle m’a fait me visualiser en train de procéder à ma routine du retour à la maison: préparation du souper, du lunch, du smoothie déjeuner du lendemain, préparation des vêtements, vaisselle, douche, lecture, méditation…Pendant que je me visualisais, elle me suggérait que j’étais calme, apaisée, souriante, fière de mon virage santé et de bonne humeur. On peut faire cette visualisation en simple relaxation, mais de l’avoir fait en hypnose, Audrée est allée directement programmer dans mon cerveau que c’est ainsi que pourra se dérouler les prochains soirs.

Donc voilà, je ne suis fort probablement pas la seule à avoir l’impression de crouler sous le poids des tâches à faire, du stress et du manque de temps. Peu importe notre mode de vie, je pense que nous sommes un peu tous atteint par cette anxiété par moments. Je trouvais pertinent de partager avec vous ces trucs très aidants.

Honnêtement, j’ai eu 5 ou 6 séances d’hypnothérapie à date et c’est complètement phénoménal l’impact que ça peut avoir. J’ai l’impression d’avoir suivi une psychothérapie de deux ans. Sans blague. L’hypnose peut nous aider pour une foule de situations et ce, plus rapidement qu’on pense!

Si vous voulez en savoir plus sur l’hypnose, je vous invite à visiter le site de la Société Québecoise d’hypnose

 

 

 

Quand on s’enfarge…

Après deux jours de retour dans ma routine, j’ai frappé un léger obstacle que j’appréhendais tellement.

Ce soir, de retour du travail, brûlée, fatiguée, affamée…

À chaque soir, c’est la préparation du souper, le lunch, le smoothie déjeuner du lendemain à faire, les vêtements à préparer, la douche à prendre… Bref, toutes les choses que je n’avais pas encore eu à envisager comme rush depuis mon virage bio.

On va se dire les vraies affaires: J’adoooooooooore tellement plus que je pensais manger santé, les légumes à la tonne, mais c’est de l’ouvrage. Des pelures partout, du coupage et du coupage puis encore du coupage de légumes à faire. On est loin du plat à réchauffer au micro-ondes. Pis aussi, l’autre vraie affaire qu’on va se dire, c’est que je supporte ZÉRO le rush, le stress, l’anxiété. Faque quand j’arrive à 17h puis que je peux enfin m’asseoir et manger à 19h30 alors que je me couche au top à 22h, ben c’est la panique!

Résultat: pognage de nerfs et impression intense de pas avoir de vie, de juste préparer mes journées de travail. C’EST LOURD! Comment vous faites les mères de famille? J’arrive aucunement à faire tout ce que je veux faire dans une soirée: lire, méditer, m’entrainer… JE MANQUE DE TEMPS!!!!

De plus, hyper fatiguée because toussage toute la nuit dernière, j’ai pas pu me lever plus tôt ce matin pour faire ma méditation. J’étais déçue, mais je priorise le sommeil parce qu’après plusieurs lectures sur le sujet durant mon congé, j’ai compris à quel point dormir est nécessaire et important pour la santé.

Suis-je trop zelée? Est-ce que j’en veux trop?

Une chose est certaine: je suis en train de me mettre une pression extrême sur les épaules; exactement tout le contraire de ce que je voulais qui arrive.

Je dois donc apprendre à gérer mes priorités. Solidement. Sinon c’est la route toute indignée vers l’épuisement et la négativité; route que j’ai juste trop souvent emprunté dans ma vie et que je me suis promis de laisser tomber…peu importe le temps et les obstacles sur la route.

Pis je suis juste trop fière du chemin dernièrement accompli pour laisser ça de côté.

 

Routine du retour au travail

Ouf! Quelle journée! J’ai eu de la broue dans le toupet!

Mais j’ai su gérer.

Ce matin, j’avais expressément mis le cadran trente minutes plus tôt (allô 5h30), afin de me faire une petite routine bien être en vue de ma première journée de travail que j’attendais bien remplie. J’ai tellement apprécié l’expérience que je songe la renouveler à tous les matins de boulot.

Évidemment, j’ai pris mon eau chaude citronnée au lever afin de bien m’hydrater et de me détoxifier. J’ai ensuite déroulé mon tapis de yoga et fait ma séance de 20 minutes sur DVD de Nicole Bordeleau. Connaissez-vous cette gourou du yoga québécoise? Ses exercices sur le DVD sont simples et tous en douceur (Dieu sait que je me suis souvent pété le dos au yoga). On peut choisir entre une séance de 20 ou une de 45 minutes dépendamment le temps que nous avons. Bref, j’ai allumé des bougies, un bâton d’encens et un peu plus et je me sentais dans un temple bouddhiste. Comme il m’est resté un peu de temps après la séance avant de devoir me préparer, j’ai fait une courte séance de méditation/visualisation durant laquelle j’imaginais toutes les mauvaises pensées et émotions qui allaient pouvoir m’atteindre aujourd’hui se faire arrêter par un bouclier robuste.

695305-gf

Malgré l’immense rattrapage que j’avais à faire aujourd’hui, ce fut une journée douce. Sans colère, ni anxiété malsaine. Seigneur que ça fait du bien! Je me suis apporté un lunch ultra végé qui compétitionait dangereusement avec le repas servi par le cuisinier de ma job…Tentation quand tu nous tiens J’ai su résister: Yé!

Ce soir, je me suis préparée la plus giga santé salade ever et je la déguste en rédigeant ce billet. Ce soir, je tente de me remettre à l’exercice physique (malgré la toux) grâce à une série de DVDs que j’ai commandé sur Beachbody.com: 10 minutes workout…Ben hâte de voir les résultats de ça.

MA SALADE!

MA SALADE!

Faque c’est jour 2 demain…En souhaitant que mes belles résolutions restent…et fassent effet! 🙂

Retour au travail

Aujourd’hui est ma dernière journée de congé-maladie, je retourne au boulot demain.

Job stressante, toujours dans le jus, ça impliquait que je devais me faire une cure de détente avant d’y retourner histoire de refaire mes forces.

Hier soir, mon amoureux m’a proposé d’aller au spa! Awwwww!!! Mais quelle bonne idée!

Donc voilà, je me prépare, je m’hydrate bien avant d’y aller, je mange un déjeuner léger, mais assez soutenant (lire: Un bol de gruau!) et je me prépare un smoothie dans un thermos pour la sortie du spa histoire de faire le plein de protéines après cette DURE journée de détente! 😉

Je réalise à quel point la détente et la méditation est devenue une nécessité dans ma vie folle ou je suis incapable de gérer mon anxiété et mes émotions. Je dois absolument incorporer une routine de relaxation pour m’aider. Rendu là, ce n’est même plus une activité aidante, mais carrément une prescription d’un médicament plus que nécessaire.

Alors je prévois prendre plusieurs pauses aujourd’hui et écouter mes enregistrements de relaxation (avec des écouteurs, évidemment). Des relaxations dirigées, mais aussi, les enregistrements que m’a préparé ma future hypnothérapeute préférée qui me font tant du bien.

Pis ce soir, je me prépare un plan pour gérer mon retour au travail le plus positivement possible: préparer mes vêtements ce soir, mon lunch, mon smoothie déjeuner que je mettrai au frigo dans un pot Masson. Je me garde un temps pour méditer et boire mon eau chaude citronnée en relaxant demain matin avant le rush de la préparation et la course dans les autobus pour me rendre au travail.

Je suis hyper stressée, mais je pense que je ne pouvais pas avoir une meilleure journée prévue devant moi pour gérer ça!

Bonne journée! N’oubliez pas de prendre un temps pour vous détendre 🙂

Trucs et conseils pour mieux manger

C’est bien beau de faire des changements, mais encore faut-il savoir et comprendre pourquoi on va changer un produit pour un autre. Comme dirait mon vieux père: « On veut pas changer quatre trente sous pour une piastre! »

Le premier changement que j’ai fait a été de passer du lait de vache au lait d’amande. Il est reconnu pour sa haute teneur protéinique, son apport en antioxydants et son pouvoir anti-cancer et anti-vieillissement. De plus, Dieu sait que le lait de vache peut être difficile à digérer pour plusieurs personnes intolérantes; problème inexistant avec l’élixir aux amandes! Ce qui est surtout formidable, c’est qu’on peut l’utiliser pour exactement les mêmes recettes que le lait ordinaire: sauces, pâtisseries, breuvages, etc.

Plusieurs sortes de lait d’amande existent, je n’en ai pas une de favorite. Plusieurs saveurs sont disponibles, à vous de faire vos dégustations et de trouver votre sorte chouchou. Par contre, assurez-vous d’aller chercher dans d’autres aliments l’apport de calcium que vous perdez en éliminant de lait de vache (le tofu, les légumineuses, le beurre de sésame, les amandes et plusieurs fruits et légumes en sont d’excellentes sources).

Parlant de légumineuses: assurez-vous d’en avoir tout plein dans le garde-manger. On peut créer d’innombrables recettes toutes aussi succulentes les unes que les autres à base de celles-ci. Mes préférées: les pois chiches, les lentilles et les haricots rouges. Mettez en dans les salades, les soupes, faites-en des purées (miam, du hummus!) et mettez en dans des repas préparés et congelables comme le chili, par exemple. Leur effet bourratif est exceptionnel, mais en plus, leurs effets sur la perte de poids et la digestion ne sont pas négligeables. Ce sont des aliments remplis de fibres, de protéines et de plusieurs vitamines et minéraux essentiels.

Je dois avouer que je suis pas très tofu. En fait, j’apprends graduellement à m’habituer. Je suis plus portée à consommer des aliments à base de soja comme les « viandes sans viande » par exemple. Je trouve que le goût est à si m’éprendre tellement que c’est quasi identique.

Une de mes dernières découvertes chouchou: Les barres Larabar! Parfait pour une collation sur le pouce. C’est le genre d’aliment à garder dans son sac lors d’une fringale à l’extérieur de la maison; ça et un petit sac d’amandes non salées. Les barres ne contiennent aucun produit laitiers et sont sans gluten. Coupe fringale favori du vegan accompli!

IMG_4850

Pour terminer, la chose la plus facile et intelligente à faire pour nous donner envie de bien manger c’est d’avoir un magnifique panier de fruits colorés bien affiché dans la cuisine. Il faut rendre les aliments attrayants et nous donner envie de plonger dans le panier. Aussi, un frigo bien rempli de légumes nettoyés, sans collants ou autre emballage autour et, si possible, prêts à servir comme les carottes et céleris que l’on peut couper, c’est magique! Plus d’excuses que c’est long à couper et nettoyer: ils sont prêts!

Mon panier de fruits!

Mon panier de fruits!

Quels trucs utilisez-vous pour mieux manger?

Les bienfaits d’un changement d’alimentation

Ça fait environ 2 semaines que j’ai commencé à changer mon alimentation et déjà, je vois des résultats. Pour vrai.

Je sens ma peau qui s’assainit, qui a l’air plus belle. Je n’ai presque plus de rots (ça fait bizarre à dire, mais c’est vrai); ayant toujours eu des problèmes de digestion et de transit intestinal, je me rends à l’évidence présentement à quel point l’alimentation vegan est bénéfique pour le système digestif. Plus de ballonnements, d’envie de dormir après les repas, plus de malaises abdominal après avoir mangé…

Ce qui me surprend le plus, c’est qu’après avoir terminé un repas, on se sent rempli, repus, mais aucunement bourré comme on peut se sentir après un gros spaghat ou un burger.

bien-se-nourrir-en-etant-vege

Le plus gros changement que je vois est une amélioration exponentielle de mon énergie. J’ai ENVIE de bouger, de cuisiner, de marcher, de faire des tâches ménagères, chose que je n’avais plus du tout envie, ou presque. Je m’endors bien le soir, je me sens plus détendue et reposée le matin, plus positive.

Juste de me nourrir et de penser en même temps que ce que je consomme nettoie mes organes, mes systèmes, mon sang… Qu’il alcalinise mon organisme et donc, chasse les maladies et bactéries qui pourraient être tentées d’y séjourner, juste ça me donne envie de manger toujours mieux et de m’adapter aux goûts parfois surprenants lors d’une première prise de contact! (Je vais parler d’alcalinisation dans un prochain billet, en attendant, je vous invite à lire sur le sujet sur le blogue de la naturopathe Audrey Skoropad, à lire ici).

A young girl eating a full slice of watermelon.

Commencer par boire au moins 2L d’eau par jour, du thé vert et augmenter la quantité de légumes, surtout les verts, dans vos repas. Prenez des fruits ou du chocolat noir comme dessert et faites-vous des smoothies-repas (les déjeuners sont excellents!) à base de lait d’amande, de fruits et légumes, dattes, grains (chia, lin)…Faites juste apporter quelques changements pour commencer et vous verrez votre envie de développer vos goûts et d’améliorer votre santé se décupler. Quand on commence à sentir les bienfaits, on se demande bien pourquoi on a attendu si longtemps avant de commencer à manger vivant!

Bonne journée! 🙂

IMPORTANT : Les gens souffrant de troubles ou de conditions de santé particulières, il est conseillé de consulter votre médecin avant d’entreprendre tout changement d’alimentation drastique. Merci de ne pas considérer mes conseils comme l’avis d’un professionnel.